Processus de fragmentation urbaine et risques dits "naturels" dans la ville de Managua (Nicaragua)

Résumé : La notion de ville fragmentée, utilisée dans sa version descriptive pour qualifier les métropoles latino-américaines, convient aux territoires urbains de Managua. Ceux-ci se caractérisent par la juxtaposition d'espaces urbains circonscrits, séparés les uns des autres par de vastes terrains vagues arborés. Les Managuas expliquent cette discontinuité de l'urbanisation et de ses logiques par le séisme du 23 décembre 1972, qui a détruit une grande partie de la capitale nicaraguayenne. Si cet événement a joué un indéniable rôle d'accélérateur, d'autres témoignages indiquent que tous les endommagements, variés et récurrents, qui affectent Managua, contribuent depuis longtemps à ce processus, sans toutefois en être l'unique moteur. S'ensuit-il une accentuation de la polarisation sociale et une dissolution des pratiques citadines ? Les risques dits "naturels", qui résultent des interactions entre les processus physiques d'endommagement (aléas anthropisés) et les facteurs de peuplement (vulnérabilités), entrent effectivement en résonance avec le processus de fragmentation urbaine par l'intermédiaire des facteurs de peuplement dont ils partagent certaines composantes socio-spatiales.
La marque d'unité à l'origine de la construction de Managua au milieu du XIXe siècle est ainsi sans cesse remise en cause à la fois par les manifestations constatées des risques et par les interactions des composantes socio-spatiales qui préexistent à l'endommagement. Par exemple, on constate peu d'endommagements sur les territoires urbains construits par les habitants aisés. Grâce à leurs choix socio-économiques, culturels, institutionnels, ils s'en protègent, mais les répercutent sur les territoires moins fortunés. En incriminant la nature et en refusant le principe de solidarité envers des fragments urbains déjà fortement différenciés, les nantis renforcent le processus de fragmentation urbaine, c'est-à-dire la disparition de la ville en tant que système. Paradoxalement, les risques apparaissent parfois comme des éléments de contre-fragmentation : des habitants aisés acceptent la proximité spatiale avec un quartier précaire quand ce dernier, en échange d'avantages compensatoires, joue le rôle d'amortisseur des dommages, prouvant une certaine instrumentalisation des risques dans le processus de fragmentation urbaine.
Type de document :
Thèse
Géographie. Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), 2003. Français
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [276 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00011930
Contributeur : Sébastien Hardy <>
Soumis le : lundi 13 mars 2006 - 10:25:36
Dernière modification le : mercredi 29 novembre 2017 - 15:39:34
Document(s) archivé(s) le : samedi 3 avril 2010 - 20:28:45

Identifiants

  • HAL Id : tel-00011930, version 1

Citation

Sébastien Hardy. Processus de fragmentation urbaine et risques dits "naturels" dans la ville de Managua (Nicaragua). Géographie. Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), 2003. Français. 〈tel-00011930〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

608

Téléchargements de fichiers

2456